Les successeurs des pontonniers de la République et de l'Empire

Le corps royal des pontonniers sous la Restauration et la Monarchie de Juillet

Peu après la chute définitive de Napoléon, l'ordonnance royale du 31 août 1815 porte création du « Corps royal des pontonniers » composé d'un seul bataillon à 6 compagnies. Il n'est pas mis sur pied immédiatement. En effet, les compagnies existantes sont licenciées à l'exception des 6eme et 7eme compagnies qui sont conservées jusqu'au 1er janvier 1816. Transformées en trois cadres de compagnies et dirigées sur Orléans, ces unités constituent le noyau autour duquel se formera le nouveau bataillon. En 1818, le bataillon est transféré au dépôt de Strasbourg où en 1819, une commission est chargée d'étudier la composition des différentes compagnies (personnel et matériel) en profitant des expériences acquises lors des campagnes précédentes.


L'expédition d'Espagne 1823-1824

Dans le cadre de la Sainte Alliance, la France est chargée de restaurer le pouvoir de Ferdinand VII en Espagne.
Une expédition militaire est donc engagée aux ordres du duc d'Angoulême. Deux compagnies de pontonniers, commandées par le chef de bataillon Liautey,sont désignées pour accompagner l'armée. Toutefois, elles ne parviennent à Bayonne que le 16 avril alors que l'armée a franchi la Bidassoa 8 jours auparavant grâce à un pont lancé par la 7eme compagnie d'artillerie à pied selon les instructions données par le général Tirlet, commandant de l'artillerie. Très endommagé par le passage des troupes, reconstruit par les pontonniers de la 2eme compagnie, il est replié le 22 mai. La lere compagnie poursuit son chemin en direction de Madrid qu'elle atteint le 26 mai. Deux escouades de cette unité accompagnent la colonne chargée de prendre Cadix. Une autre escouade se dirige sur Séville et la dernière escouade doit lancer un pont sur le Tage à Almaraz. Toutefois, les pontonniers sont dépourvus de matériel et la région ne possède pas de ressources. Ils réparent alors deux bateaux et construisent un radeau. Avec ces moyens dérisoires ils font franchir la coupure à une division de cavalerie, un régiment d'infanterie, une compagnie d'artillerie, du train et du génie et aux bagages. Le 12 juin, l'escouade retourne à Madrid. Le 1er juillet, le chef de bataillon Liautey et la 2eme compagnie ont ordre de rallier Madrid. De là, avec une section, il prend la direction de Cadix. Le reste de la compagnie demeure dans la capitale et travaille aux réparations du Grand Parc et fortifie l'enclos qui le renferme ainsi que l'artillerie du 1er Corps.
La prise de Cadix est conditionnée par la prise préalable du fort du Trocadéro qui se trouve sur une île (un canal a été construit pour le séparer de la presqu'île). En conséquence, les pontonniers doivent édifier un pont. Pour ce faire, ils se procurent les moyens nécessaires dans le voisinage. Le 29 août, vers 19 heures, ils lancent les portières et le lendemain vers 2 heures elles pénètrent dans la coupure. En 25 minutes, le pont est déployé malgré le feu des batteries espagnoles. Le fort tombe aux mains de l'armée française. Ensuite, il leur est demandé de déployer un pont sur le Santi-Pietri. Il faut vingt jours pour réunir le matériel adéquat. Les travaux débutent sous un feu si vif de l'artillerie que la construction doit être abandonnée. Cela n'empêche pas la prise de la ville le 3 octobre. Ferdinand VII est restauré dans ses droits ce qui met un terme à la campagne. Les pontonniers embarquent le 15 novembre et rejoignent leur dépôt de Strasbourg le 22 janvier 1824.

Les réorganisations des pontonniers de 1825 et 1829
L'expédition d'Espagne a révèlé l'importance des pontonniers et le 27 février, le bataillon est porté à 12 compagnies pour un effectif de 995 hommes en temps de paix. Toutefois, les restrictions budgétaires empêchent la mise à exécution de cette réforme. Ce n'est que le 3 août 1829, suite à la publication d'une nouvelle ordonnance, que le projet de 1825 est enfin réalisé.

Début de la conquête de l'Algérie 1830

La 3eme compagnie est désignée pour accompagner l'armée dans l'expédition d'Alger. Elle embarque à Toulon le 10 mai 1830 et concourt au débarquement du matériel. Le 5 juillet, Alger est prise. Les pontonniers ne restent pas en Algérie. Dés le mois d'août ils sont de retour. En 1837, un détachement de la 5eme compagnie est désigné pour prendre part à l'expédition sur Constantine. Il est doté de 2 bateaux d'avant-garde et de bois pour construire 2 ponts sur chevalets. Le 20 août, il atteint le camp de M'jez-Hammar. Les pontonniers édifient 2 ponts sur la Seybousse, un pour l'infanterie et un pour les voitures ce qui permet de relier l'armée qui est séparée par ce cours d'eau. Par ailleurs, ils construisent 2 passerelles sur deux oueds ce lui autorise d'armer la « batterie Royale ». Pendant le siège de Constantine, ils sont contraints de lancer 2 ponts supplémentaires avec des effectifs réduits. La ville est conquise suite à un assaut le 18 octobre 1837. En fin d'année, ils regagnent Alger.

Au printemps de 1838, les pontonniers construisent 2 ponts de chevalets et des passerelles sur le Mazafran et l'Amir. En 1839, un petit détachement se joint à l'expédition qui force le Teniah de Mazora et prend Médéa. En 1842, la 5eme compagnie prend part à une expédition en Kabylie. Pour ce faire, elle édifie un pont de chevalets sur le Mazafran et concourt à l'attaque des positions défendues par les kabyles. En mars 1845, la 6eme compagnie remplace la 5eme. En 1846, elle participe à une expédition lancée contre Abd-el-Kader avant d'être remplacée en 1850 par la 10eme compagnie. En 1851, cette dernière prend part au siège de Bougie où elle sert les pièces de siège. En 1856, elle accompagne une expédition en Kabylie. Elle construit de nombreuses passerelles sur la Signemetture et un pont de pilotis sur Tisser. En 1858, la lere compagnie vient renforcer la 10eme à l'établissement d'un pont de pilotis sur la Djemma et la Bouk-Doura. En août 1859, la 10eme compagnie, bien que participant à la guerre en Italie, fournit un détachement à une colonne expéditionnaire en Kabylie. En octobre 1859, la 10eme compagnie est jointe à l'expédition du Maroc et tend un pont sur la Morullah. Suite à la réorganisation de 1860, les compagnies changent de numéro mais poursuivent leur service en Algérie. En octobre 1864, les 2 compagnies rentrent en France. Elles sont remplacées par la 11eme compagnie. Pendant tout leur séjour en Algérie, les pontonniers ont fréquemment été utilisés comme artilleurs, tâche dans laquelle ils ont toujours été à la hauteur.

L'expédition d'Anvers 1832

Le 18 novembre 1830, l'indépendance de la Belgique est proclamée suite à une révolution. Les Anglais et les Français reconnaissent la Belgique en tant qu'état neutre et indépendant. Mais la Hollande n'admet pas cet état de fait. La France déploie un corps d'observation, commandé par le maréchal Gérard, sur sa frontière nord en juin 1831. Les combats entre hollandais et belges sont défavorables à ces derniers. Ils appèlent à l'aide l'armée française. Le 9 août, elle pénètre en Belgique. Le 13 août, les Hollandais retraitent en direction de leur frontière face à l'avance française. Toutefois, ils conservent la citadelle d'Anvers. Le 30 septembre, toutes les forces françaises ont évacué le territoire belge. Le problème d'Anvers n'étant toujours pas résolu, le gouvernement français se résout à envoyer une nouvelle expédition. L'armée entre en Belgique le 15 novembre 1832. Deux compagnies de pontonniers (lere et 2eme), aux ordres du chef de bataillon Payan,comprenant un petit équipage de pont l'accompagnent. Le 22 novembre, un détachement de pontonniers établit un bac sur l'Escaut à Kalbec pour entretenir les communications de l'armée entre les deux rives de la rivière. Le 29 novembre, les compagnies atteignent Boom et font passer le Rupel à quelques divisions à l'aide de portières. Pendant le siège, elles sont employées aux travaux du Grand Parc et au transport des pièces de siège sous la responsabilité du général Neigre, commandant de l'artillerie. Le 23 décembre, la citadelle d'Anvers capitule. Les pontonniers regagnent Douai le 11 janvier.

La Seconde République et le Second Empire
La réorganisation de 1840 A cette date, le volume de l'artillerie est accru. Le bataillon de pontonniers est transformé en régiment et prend l'appellation de 15eme régiment d'artillerie-pontonniers,prenant rang à la suite des autres régiments. Le régiment conserve ses 12 compagnies.

L'expédition de Rome 1849

En novembre 1848, le premier ministre des Etats pontificaux est assassiné par les révolutionnaires. Le pape Pie LX se réfugie dans la forteresse napolitaine de Gaète. Il lance un appel au secours aux puissances catholiques en février 1849. Elu président en décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte décide d'intervenir en avril 1849. Le corps expéditionnaire, commandé par le général Oudinot, fils du maréchal de l'Empire, engerbe la 7eme compagnie de pontonniers. Cette unité est dépourvue de matériel spécifique. Le 12 juin, elle embarque à Toulon destination de Civita-Vecchia. Elle arrive à destination le lendemain et aide au déchargement du matériel d'artillerie. Dans la foulée, elle prend la direction de Rome qu'elle atteint le 14. Là, on lui confie la mission de lancer un nouveau pont sur le Tibre. Pour le réaliser, il est nécessaire de récupérer du matériel dans les environs. Dans le même temps, il faut réparer le pont de Ponte-Molle coupé en plusieurs endroits par les insurgés romains. Fin juin, les pontonniers doivent protéger leur ouvrage que les romains tentent d'incendier à l'aide de brûlots. Le 30 juin, la ville tombe. Le 11 octobre, la compagnie rembarque à Civita-Vecchia et ne rejoint Strasbourg que le 20 novembre.

La réorganisation des pontonniers de 1854
Le régiment d'artillerie-pontonniers prend le numéro 6 et est placé à la suite des régiments d'artillerie à pied. Il est composé d'un état-major, d'un peloton hors-rang, de 12 compagnies de canonniers-pontonniers, de 4 compagnies de canonniers-conducteurs et d'un cadre de dépôt. Son effectif en temps de paix s'élève à 1647 hommes.

La guerre de Crimée 1854-1856

La Russie cherche depuis des décennies à accéder à la Méditerranée et pour ce faire tente de démanteler l'Empire ottoman. Les autres Grandes Puissances ne veulent pas d'un changement de l'ordre européen.
La guerre russo-ottomane laisse présager une rapide victoire russe (bataille navale de Suinope le 30 novembre 1853, invasion de la Roumanie et combats du Caucase)
les Français et le Britanniques déclarent alors la guerre au Tsar.
Le contingent français est accompagné par 3 compagnies de pontonniers (lleme, 12eme et 3eme). Les unités sont dépourvues d'équipage de pont. La 1 leme compagnie embarque à Marseille le 1er mars 1854 et arrive à Gallipoli quinze jours plus tard. Là, elle construit des débarcadères et érige un pont de pilotis. Ensuite, les pontonniers fabriquent un petit équipage de pont de chevalets. Puis la compagnie est envoyée en Roumanie. En juin, elle édifie un pont de bateaux sur le Koenitzchitz afin de permettre aux troupes venant de Gallipoli de rejoindre Varna. Le 11 juillet, un détachement, accompagné de pontonniers anglais, se dirige sur Roustchouk où il est mis à disposition d'Orner Pacha, le commandant en chef de l'armée ottomane. Là, ils jettent un pont de bateaux sur le Danube après avoir réquisitionné le matériel nécessaire. Le 12 août, le pont est opérationnel. L'armée ottomane franchit la coupure et occupe Bucarest le 22 août.

La 12eme compagnie n'arrive à Varna que le 5 août alors qu'un détachement construit du matériel de débarquement à l'arsenal de Constantinople. Les 2 compagnies débarquent dans la baie d'Eupatoria le 1er septembre. Affectés à la réserve d'artillerie, ils assistent à la bataille de l'Aima le 20 septembre. En octobre, ils bâtissent des jetées d'embarquement en rade de Kamiesh, prés de Sébastopol. Pendant le siège, les artilleurs font le service de l'artillerie au sein de plusieurs batteries. En avril 1855, la lleme compagnie est retirée des batteries pour construire 2 petits équipages de pont. Elle est remplacée dans la tranchée par la 3eme compagnie qui vient de rejoindre. Le 4 septembre, elle prend part à l'attaque contre la tour Malakoff. Le 8 septembre, les russes évacuent Sébastopol.
En février 1856, la 3eme compagnie est désignée pour participer à la prise du fort de Kinburn, en face d'Odessa. Dans un premier temps elle aide au débarquement des troupes et du matériel. Ensuite, après la prise du fort, elle édifie une jetée de débarquement. A Sébastopol, la 12eme compagnie construit plusieurs cales d'embarquement.
La 11eme compagnie quitte la Crimée en avril, les 3eme et 12eme compagnies en juillet pour regagner le dépôt de Strasbourg..


La campagne d'Italie 1859
En mai 1859, Napoléon III décide d'apporter son concours au royaume du Piémont qui vient d'être envahi par l'Autriche. Pour cette opération, l'armée française dispose de 6 compagnies de pontonniers (2ème, 4ème,5ème,7ème,8ème et 10ème, chacune disposant d'un équipage de pont., sauf la 7ème dépourvus de matériel spécifique.)
Elles ont quitté Strasbourg et arrivent à Alexandrie, zone de concentration de l'armée, les 21 et 22 mai. La 2eme compagnie, dotée d'un équipage de pont de
circonstance, part de Lyon et les rejoint un peu plus tard. La 8eme compagnie se met en mouvement à compter du 30 mai. La 10eme compagnie qui arrive d'Alger débarque à Livourne le 8 juin.
Les 2eme, 4eme et 5enw compagnies arrivent le 30 mai sur la Sezia face à Palestro. Dans la nuit du 30 au 31 débute le lancement d'un pont qui doit couvrir les trois bras de la rivière. L'emplacement a été choisi par le général Leboeuf , commandant de l'artillerie. Le passage des troupes débute à 7 heures.Dans la journée, les autrichiens tentent de détruire les ponts grâce à de puissants tirs d'artillerie. Bien contrebattue, la tentative autrichienne échoue. A la fin du franchissement, les ponts sont repliés et les compagnies prennent la direction de Verceil qu'elles atteignent le 1er juin. Le 3, chaque unité doit lancer un pont sur le Tessin à hauteur de Turbigo pour faire franchir l'armée qui le lendemain remporte la bataille de Magenta. Le 5, les 4eme et 5eme compagnies lancent un autre pont sur le Tessin à San Martino. La 4eme se voit confier l'entretien de l'ouvrage qui voit des troupes passer jusqu'au 6 juillet. Le 9 juin, la 2eme compagnie jette un pont sur le Tessin à hauteur de Végérano pour livrer passage à la cavalerie du 5eme Corps.

Le 12 juin, les 5eme et 8eme compagnies sont chargées d'édifier chacune un pont sur l'Adda dans les environs de Cassano. Le 24, les français remportent la bataille de Solférino. Les autrichiens s'étant repliés derrière le Mincio en direction de l'Adige, l'armée franchit cette rivière à hauteur de Mozzambano sur un pont de bateaux construit par la 5eme compagnie le 29 juin. La 2eme compagnie lance un pont en face de Borghetto tandis que la 8eme en établit 2 à Molini di Volta. La 8eme en édifie un nouveau toujours sur le Mincio à Saliouze. La 7eme compagnie sert uniquement sur la ligne du Pô. Ainsi, elle jette un pont, à vocation permanente, à Mezzano-Corti le 14 juin. Ensuite, elle est chargée d'en établir un autre à Plaisance en vue de remplacer l'ouvrage d'art détruit par les autrichiens. Il est achevé le 21 juin. Dans le même temps, un détachement rétablit le pont sur pilotis de Pizzighetone. Il est franchi le 22 par une division de cavalerie. Le 27 juin, elle lance un pont à Cassel-Maggiore qui est achevé le 29. Les 2ème, 4èrae, 5ème, 7ème, 8ème et 10ème compagnies sont réunies à Alexandrie. A partir de la mi août, les unités vont commencer leur rapatriement vers la France. Seules, les 8eme et 10eme compagnies demeurent au sein de l'armée d'occupation. La 8eme conserve un équipage de pont. Ces 2 unités n'effectuent leur retour qu'en mai 1860.

L'expédition de Chine 1859-1860 ou guerre de l'opium

Les tensions commerciales entre la Chine, la Grande Bretagne et la France perdurent depuis un certain temps. En 1859, la Chine décide de ne pas ratifier un traité déjà signé. Les deux nations occidentales décident de l'envoi d'un corps expéditionnaire conjoint. Les troupes françaises, aux ordres du général Cousin-Montauban, sont appuyées par la 6eme compagnie de pontonniers. Elle est dépourvue de matériel de pontage. Elle quitte Strasbourg le 26 novembre puis Toulon avec le reste des troupes (8000 hommes) le 5 décembre. Elle débarque à Shanghai le 24 mai 1860. Dés leur arrivée, les pontonniers concourent à la défense du secteur tout en construisant un équipage de pont de chevalets.

Le 13 juin, ils débarquent avec leur matériel à Tché-Fou. Le 24 juillet, ils reprennent la mer à destination de Petchili qu'ils atteignent quelques jours plus tard. Le 12 août, la compagnie édifie une jetée pour assurer les déchargements puis, à la suite de l'armée, entre à Peï-Tang.Dans la foulée, elle accompagne l'avant-garde afin d'installer des ponts de chevalets sur les petits canaux qui coupent la région. L'armée pouvant alors se déplacer, le fort de Takou est enlevé. Le 16 août, la compagnie bivouaque au bord du Peï-Ho afin de lancer un pont de bateaux, de concert avec des pontonniers anglais, pour permettre aux troupes de franchir le fleuve. L'ouvrage est achevé le 24. Dans la foulée, les pontonniers reconnaissent les différentes coupures. Le 31, ils entrent à Tien- Tsin et ont ordre de bâtir quatre jetées pour le déchargement des vivres et des munitions. Dans le même temps, ils organisent des convois de jonques de ravitaillement pour suivre l'armée qui longe le Peï-Ho. Le 17 novembre, ils atteignent Nati-Ho. Le lendemain, ils participent au combat de Chang- Hia-Wan. Poursuivant leur route vers Pékin, ils accomplissent toutes les tâches normalement dévolues aux sapeurs. Le 21 septembre, ils prennent part au combat du pont de Palikao contre la cavalerie tartare. Le 25, un détachement de pontonniers retourne à Tien-Tsin chercher les munitions nécessaires au siège de Pékin. Le 5 octobre, à nouveau réunie, la compagnie fait route vers la capitale impériale. Ils entrent dans la ville le 14. Le 28, un détachement de pontonniers amène des munitions par le fleuve et par la route en direction de Tang-Tchaou. L'autre détachement suit toujours l'armée qui atteint Tien-Théo le 4 novembre. Le 18 novembre, la 6eme compagnie embarque pour Shanghai, moins un détachement qui reste à Tien- Tsin, pour y passer l'hiver. Le 8 mai 1861, la compagnie prend la mer direction Toulon qu'elle atteint le 25. Elle regagne Strasbourg le 30. De son côté le détachement de Tien-Tsin est employé au Grand Parc d'artillerie pour réparer les jonques de servitude. Par la suite, ils établissent un pont et construisent deux jetées. Le 13 juin, ils entament leur retour. Ils sont à Strasbourg le 21 octobre.

La réorganisation des pontonniers de 1860

Les compagnies de pontonniers-conducteurs et le cadre du dépôt sont supprimés. En revanche, le 6eme escadron du Train d'artillerie est attaché au régiment afin d'atteler les équipages de pont. En outre, une compagnie d'ouvriers pontonniers est créée et rattachée à la division d'infanterie de la Garde Impériale. Elle est supprimée en 1865 pour raison budgétaire.

La guerre du Mexique 1862-1867

Depuis la fin des années 1850, les relations diplomatiques entre le Mexique, l'Espagne, la Grande Bretagne et la France sont exécrables et ce pays est très fortement endetté auprès de ces puissances. Napoléon III envisage même de remplacer le régime républicain du président Benito Juarez par une monarchie dont le trône serait confié à un archiduc autrichien. Une expédition tripartite est donc organisée afin de récupérer les créances énormes du gouvernement mexicain. Le contingent français (2500 hommes) débarque à Vera Cruz le 2 janvier 1862. Ayant obtenu en partie satisfaction, les espagnols et les britanniques rembarquent. En avril, les français restent seuls mais sont rejoints par des renforts amenés par le général de Lorencez. Le corps expéditionnaire comprend alors 4500 hommes.

La lere compagnie de pontonniers est désignée pour rejoindre les troupes. Elle quitte Strasbourg le 24 août, sans matériel de pontage, et arrive à Vera Cruz le 3 novembre. Jusqu'au 7 décembre, les pontonniers sont cantonnés dans la ville et travaillent à l'arsenal. Puis la compagnie marche sur Orizaba où elle entre le 14 décembre. Elle en repart le 13 février 1863 pour participer au siège de Puebla qui a été très sérieusement fortifiée par les mexicains. Les pontonniers sont alors chargés de servir une batterie de 4 de montagne après en avoir édifié les retranchements. Par leurs tirs, ils concourent à la prise du fort San Javier le 29 mars. Dans la foulée, ils installent leurs pièces dans les étages des bâtiments pour tirer sur des maisons fortifiées. Grâce à des tirs précis, les pontonniers ouvrent plusieurs brèches. Puis, les pontonniers construisent une batterie de 3 pièces à Morelos, en appui d'autres batteries, pour prendre à partie le couvent de Santa Inès. Le 25, le bombardementdébute, les pontonniers servant 2 mortiers de 12, et renverse une partie des murs. Toutefois, les conditions d'un assaut ne sont pas encore réunies. Un autre point de la défense est alors ciblé et les pontonniers construisent une nouvelle batterie. Le 17 mai, la place tombe enfin. Suite à la reddition de la ville, la compagnie part pour Mexico. Alors que les pontonniers sont employés aux réparations du Parc d'artillerie, une partie de la compagnie part pour une expédition sur Guadalajara conduite par le général Bazaine. Les pontonniers, emportent avec eux deux bateaux en vue de faciliter le franchissement des cours d'eau. Atteinte le 7 janvier 1864, ils la quittent peu après direction Mexico. En chemin, à La Conception ils font passer le Rio Grande à l'infanterie au moyen de leurs bateaux. Plus loin, à La Piedad, ils aident les villageois à s'organiser défensivement. Ils sont de retour à Mexico le 6 février. Pendant ce temps, la partie de la compagnie restée à Mexico est chargée de la surveillance des lacs au moyen de 2 bateaux armés.

A la fin de l'année 1864, l'armée française a fait reconnaître l'autorité de l'Empereur Maximilien sur une partie du territoire mexicain. Dés lors, il convient de poursuivre la pacification de certaines provinces. Dans ce cadre, une expédition à destination d'Oajaca démarre le 21 novembre. Une partie de la lere compagnie y est associée. Sans matériel de pont, on lui confie la responsabilité du matériel de siège. Le déplacement du charroi d'artillerie se révèle très difficile dans des contrées escarpées sans chemins véritables. Malgré tout, l'investissement de la place débute le 27 janvier 1865. Les pontonniers construisent une batterie de sacs à terre armée de 4 canons rayés de siège au sommet de la Ventosa. Leur action leur vaut de nombreux éloges. La ville se rend le 9 février 1865. La compagnie retourne à Mexico le 18 mars puis est envoyée le 29 juillet à Salamanca. A l'aide de quelques bateaux divisibles de leur fabrication, les pontonniers font franchir le Rio Lama à 3 colonnes d'infanterie puis portent secours aux habitants de la ville, victimes de violentes inondations. La compagnie rejoint Mexico le 28 octobre. La situation sur le terrain devenant intenable, les Français laissent Maximilien à son sort. Les dernières troupes évacuent le Mexique le 11 mars 1867.


Les réorganisations des pontonniers de 1867 et 1870
Le 14 mai 1867. le régiment d'artillerie-pontonniers prend le numéro 16, à la suite des quinze régiments mixtes d'artillerie. Il se voit doté de 2 compagnies supplémentaires (14 au total). L'effectif en temps de paix est porté à 1589 hommes. Le 18 juillet 1870, est créé un dépôt pour les besoins de la guerre. Par ailleurs, les 6 escadrons du train d'artillerie étant réunis en 2 régiments, les équipages de pont ne possèdent plus d'élément permanent pour assurer leur déplacement. Il faudra donc avoir recours aux attelages prêtés par d'autres corps. Cela aura des conséquences catastrophiques dans le conflit qui s'annonce.

La guerre de 1870-1871
Les 14 compagnies du 16eme régiment d'artillerie-pontonniers constituent : 1 équipage de pont par Corps d'armée (1 compagnie à chacun des 6 Corps), 1 équipage de pont de réserve (2 compagnies), 6 compagnies et le dépôt restent à Strasbourg. Malheureusement, seules 3 compagnies (2eme, 4eme et 8eme) peuvent rejoindre leur Corps respectif. Les autres ne peuvent le faire faute de chevaux pour atteler leurs équipages de pont. L'armée de Metz La 4eme gagne Metz le 22 juillet puis est dirigée sur Forbach le 4 août où elle est rejointe par la 2eme. Elles font route vers Saint-Avold. Si la 2eme compagnie peut effectuer facilement ce mouvement, une compagnie du train lui étant affectée, il n'en va pas de même pour la 4eme qui ne dispose pas d'attelage. Ne pouvant être déplacé, l'équipage de pont est détruit sur place et la compagnie rejoint Metz le 8. La 8eme compagnie a atteint cette ville dés le 6. Les 3 unités sont désormais réunies dans cette place forte. Elles sont employées tant à rétablir ou réparer les moyens de franchissement en amont ou en aval de la cité que chargées de l'armement et de la défense d'une partie des remparts de la ville. Dans la nuit du 12 au 13, une crue submerge les ponts aval alors qu'ils devaient livrer passage à l'armée le 14 en vue de rallier Verdun. Les 2eme et 8eme compagnies lancent un pont de bateaux de remplacement sur le grand bras. Ensuite, la 8eme jette 2 ponts de chevalets à proximité. Dans le même temps, les Ponts et Chaussées relèvent les ponts sur le petit bras. La 4eme compagnie est adjointe aux 2 autres unités afin de renforcer les ponts de sacs de terre afin de leur assurer une meilleure stabilité. L'armée peut donc franchir la Moselle dans l'après-midi du 14 et dans la nuit. Elle se porte alors au secours du 3eme Corps attaqué à Borny. Le 15, les 3 compagnies replient les ponts installés avec tant de difficultés et suivent les troupes qui se portent vers Gravelotte.

Après les échecs des derniers combats, les compagnies de pontonniers rentrent à Metz le 18. Le maréchal Bazaine envisage alors une marche sur Thionville. De la sorte, il faut rétablir les communications entre les deux rives de la Moselle. Le 20, il est décidé de lancer 2 ponts sur chaque bras en dessous de la place. Les 3 compagnies se mettent immédiatement à l'ouvrage. L'armée franchit la coupure les 22, 25 et 26 août. Mais aussitôt sa concentration achevée, contre ordre est envoyé et l'armée retourne dans ses cantonnements. Le 27, le colonel Marion, directeur des ponts, ordonne de construire un troisième pont qui est édifié par la 2eme compagnie. Le 31, les troupes de la rive gauche passent la rivière de 6 heures à 18 heures et engagent des combats sous les murs de la ville. A partir du 10 septembre, les crues successives obligent les pontonniers à effectuer de nombreuses réparations sur les ouvrages. Puis, les ponts de bateaux sont repliés et remplacés par des ponts de chevalets. Pendant les deux mois du siège, les pontonniers construisent 10 ponts et en réparent ou consolident 7, et arment en même temps les forts Moselle et Chambière et l'île Sauley. Le 27 octobre, Metz capitule et les pontonniers partent en captivité.

Le siège de Strasbourg

Les lère, 3ème, 6ème, 9ème, 13ème et 14ème compagnies et le dépôt ainsi que ceux des 5ème et 20ème RA arment Strasbourg. C'est le colonel Fiévet, commandant du 16eme Régiment d'artillerie-pontonniers qui devient commandant de l'artillerie de la place. Le 14 août, il est remplacé dans cette fonction par le général Barrai28 qui vient de rejoindre la garnison de manière rocambolesque. Ce même jour, les premiers obus prussiens tombent sur la ville. Le 16, le colonel Fiévet prend le commandement d'une sortie au cours de laquelle il est mortellement blessé. Les compagnies de pontonniers sont employées à l'armement des ouvrages extérieurs et avancés entre le fort de Pierre et la porte de Saverne. Le pilonnage de l'artillerie prussienne occasionne de très fortes pertes. Malgré des prodiges de bravoure, la ville capitule le 27 septembre et le 28 les pontonniers partent en captivité.

L'armée de Sedan
La 5eme compagnie, destinée au 5eme Corps, doit percevoir son équipage de pont à Arras. Après de multiples pérégrinations, elle rejoint Sedan le 30 août. Le lendemain, ordre lui est donné de rétrograder sur Givet en vue de rejoindre Paris. La 7eme compagnie, partie de Lyon et affectée au 7eme Corps, doit prendre en compte son équipage de pont à Auxonne. De là, elle doit aller sur Besançon puis Langres. Le 21, elle se dirige sur le camp de Châlons sur Marne en passant par Paris. Arrivée dans cette ville, le maréchal Mac Mahon lui intime l'ordre de gagner Soissons. C'est chose faite le 22. De là, elle doit rejoindre Sedan. Mais le 2 septembre, prés de Maubert-Fontaine, elle croise de nombreux fuyards qui l'informent de la défaite. Le capitaine décide alors de rétrograder en attendant les ordres. La 12eme compagnie est destinée à l'équipage de réserve de Toul. Le 23 juillet, la 10eme compagnie lui est adjointe. Le 26, les deux unités sont rattachées au Parc de réserve de l'artillerie du Rhin. Le 11 août, elles rejoignent Châlons sur Marne grâce à des trains de bateaux. Le 19, elles gagnent Paris. Là, les deux unités sont séparées. La 10eme reste dans la capitale alors que la 12eme, avec l'équipage de pont, doit gagner Sedan. C'est chose faite le 30. Dés le lendemain, l'investissement de la place débutant, elle rétrograde sur Givet, puis de là gagne Hirson.

L'armée de Paris
Le 10 septembre, la capitale compte 2 équipages de pont armés par les 10eme et 5eme compagnies. Le 14 septembre, la 10eme compagnie tend un pont de bateaux sur la Seine en aval de l'île Billancourt. Il est replié dans la nuit du 22 au 23. Renforcée par un détachement de la 5eme compagnie, la 10eme établit 2 ponts en amont et en aval de Neuilly. Du 9 octobre au 24 novembre, la 5eme compagnie construit et arme 3 batteries de mortiers pour contrebattre les batteries prussiennes de Saint Cloud. Le 10 octobre, afin de rétablir les communications entre Clichy-la-Garenne et Asnières, les 5eme et 10eme compagnies tendent chacune un pont. Dans la nuit du 28 au 29, la 10eme replie le pont en amont de Neuilly et le transporte sur le bras gauche.

Le 11 novembre, les deux unités sont placées sous les ordres du chef de bataillon Marulat. En vue de la prochaine opération, les deux compagnies ont ordre de replier les ponts de Neuilly et de Clichy et de les stocker sur la place d'Asnières. Le 29, la 5eme lance 2 ponts sur la Marne à hauteur de Créteil pour faciliter le passage des troupes devant opérer à Montmesly. La 10eme construit 2 ponts sur la Marne entre Brie et Neuilly-sur-Marne sous la protection de l'artillerie des forts. Le 2 décembre, l'artillerie prussienne tente de détruire les ouvrages, mais la contrebatterie les fait taire aussitôt. Le 3, tous les ponts sont repliés et la compagnie se replie sur Vincennes. Les ponts de la 5eme sont définitivement repliés le 5 et elle se redéploie sur Pantin. Le 21, elle regagne son cantonnement de Clichy. Le 26 janvier 1871, un cessez-le feu est signé.
Les pourparlers de paix sont entamés. Toutefois, les pontonniers restent à l'ouvrage. Le 4 mars, la 10eme compagnie jette un pont de bateaux sur l'Oise à Saint-Ouen-l'Aumône afin de remplacer un pont de chemin de fer détruit et ainsi faciliter l'approvisionnement de Paris. Le pont de bateaux est pourvu de rails et le trafic peut continuer.

L'armée de la Loire
Après le désastre de Sedan, les équipages de pont des 7eme et 12eme compagnies se retrouvent à Angers le 18 septembre. En octobre, la 12eme compagnie se transforme en 2 batteries de 12 de campagne grâce au concours de la 12 ème compagnie du Train. Ces 2 nouvelles unités deviennent les 12eme et 17eme compagnies de pontonniers. Avec 2 batteries du 7eme Régiment d'Artillerie, elles forment la réserve d'artillerie du 16eme Corps. L'équipage de pont est renvoyé à Nantes puis à Rochefort. La 7eme compagnie conserve ses moyens et sa mission demeure inchangée.

Le 9 novembre, les 12eme et 17eme compagnies participent à la bataille de Coulmiers et subissent des pertes. Du 27 au 30, elles servent de batteries de position en avant d'Orléans. Le 1er décembre, elles remontent en ligne pour prendre part à la bataille de Patay. Le 2, elles tirent toute la journée du château de Villepiont. La 12eme y reçoit l'ordre de rejoindre une division d'infanterie qui doit occuper Loigny. Malheureusement, quand elle débouche, l'infanterie a déjà évacué le village. Alors qu'elle se met en batterie, elle est chargée par deux escadrons prussiens qui la font prisonnière à l'exception des caissons de réserve. Le 3, la 7eme retraite avec le 16eme Corps et prend part au combat de Fosnes. Le 13, elle est à Vendôme et combat devant la ville. Le lendemain, alors qu'elle s'installe sur le plateau de Bel-Air, un contrordre la renvoie sur sa position de la veille. Au cours de son déplacement, elle est surprise dans un chemin creux et faite prisonnière. Toutefois, un nombre important de pontonniers parvient à s'échapper. La 7eme compagnie est rattachée au 15eme Corps qui se forme à Salbris. Le 27 octobre, elle se porte sur la Loire. Le 15 novembre, elle débarque son matériel à Orléans. Le 17, elle débute la construction d'un pont qui est achevé le 25. Le 2 décembre, on se bat autour d'Orléans. La compagnie doit lancer un pont en aval de cette localité. C'est chose faite vers minuit. Le 3, l'armée française repasse sur la rive gauche. Mais dans l'après-midi, une batterie prussienne prend le pont sous son feu alors que des cavaliers tentent de l'enlever. Le capitaine fait alors couper les câbles, le pont se brise sous la force du courant. Le pont de bateaux du commerce reste tendu jusqu'à minuit ce qui permet à l'arrière-garde de se replier. Dans la foulée, il est incendié. Fin décembre, la compagnie reçoit un nouvel équipage de pont et se voit affectée à l'armée de l'Est.

L'armée de l'Est

Un détachement de la 7eme compagnie part le 2 janvier 1871 de Saint-Amand-Montrond pour rejoindre Auxonne. Il en repart le 7 pour édifier 2 ponts sur l'Ognon à Pesmes afin de livrer passage aux 18eme et 20eme Corps qui doivent se diriger sur Vesoul et Montbéliard en vue de couper les forces du général Von Werder qui assiègent Belfort. Le 19, il faut se résoudre à détruire les ponts suite à la défaite d'Héricourt. Les pontonniers se replient sur Besançon. Avant d'arriver dans cette ville, la compagnie lance un pont sur le Doubs à Velotte le 25 pour faciliter le passage des 15eme, 20ème et 24eme Corps en retraite sur Pontarlier. Le 27, le pont est replié et les pontonniers atteignent la cité le 29. Le 30, elle doit rejoindre le fort de Joux pour y servir l'artillerie afin de protéger l'armée qui retraite sur la Suisse.
Les pontonniers y établissent une batterie de neige armée de 5 pièces. Cet ultime effort est suffisant pour permettre à l'armée de se faire interner en Suisse. Après des souffrances inouïes, les pontonniers réussissent eux aussi à gagner ce pays.

L'armée de Versailles
Après la fin du siège de Paris, les 5eme et 10eme compagnies sont toujours cantonnées à Montmartre et à la Chapelle. L'agitation monte dans la ville. Le 17 mars, le gouvernement envoie récupérer les canons de la Garde Nationale. C'est un échec. Paris se soulève le 18.Le 19, les pontonniers ont ordre de quitter Paris. La 10eme quitte la capitale en train pour Saint Ouen. La 5eme tente de faire de même. Mais la compagnie du chemin de fer n'est pas en mesure d'effectuer le transport. Le lendemain, le capitaine cherche alors à rejoindre Vincennes par voie terrestre mais il est arrêté par des insurgés parisiens. Il réussit à s'échapper ainsi que nombre de ses hommes qui rallient Versailles par leurs propres moyens. A Saint-Ouen, la 10eme replie le pont qu'elle avait construit. Le 6 avril, le matériel laissé sur place, selon les ordres donnés par les autorités allemandes, est enfin rapatrié à Saint Germain. Avec ce matériel, les pontonniers mettent en place 2 bacs à Neuilly pour relier les berges de la Seine à l'île de Puteaux. Le 15 avril, un détachement de cette compagnie lance 2 autres bacs qui permettent d'atteindre l'autre rive. Le 22 avril, les 2 compagnies réunies jettent 2 ponts pour remplacer les bacs. Le 2 mai, le 1er Corps emprunte l'ouvrage. Dans la nuit du 8 au 9 mai, la 10eme compagnie édifie un pont sur la Seine entre Sèvres et Saint Cloud. Le 12 mai, la 5eme compagnie lance un nouveau pont à Suresnes. Tous ces ouvrages assurent le franchissement de l'armée qui va pouvoir se lancer à la reconquête de Paris. C'est chose faite le 28 mai 1871.

La IIIème République et les réorganisations de 1872 et 1875

Suite à la guerre, le régiment est réorganisé à Lyon. Il prend l'appellation de régiment d'artillerie-pontonniers mais sans numéro. Il est toujours à 14 compagnies. La loi du 13 mars 1875 décide de créer un deuxième régiment par dédoublement du premier. Le régiment le plus ancien devient le 1er régiment d'artillerie-pontonniers, l'autre devient le 2eme. Tous les deux sont à 14 compagnies. Toutefois, le 2eme régiment n'est réellement créé qu'en 1878. Ils tiennent respectivement garnison à Avignon et à Angers. Par ailleurs, chaque Corps d'armée devant être doté d'un équipage de pont, l'organisation suivante est adoptée : 19 équipages de pont de Corps d'Armée, 4 équipages de pont d'Armée, 4 équipages de place (Besançon, Toul, Versailles, Lyon). Chaque équipage de pont est attelé par une section de Parc tirée du régiment territorial d'artillerie du Corps d'armée auquel est affectée la compagnie de pontonniers. En revanche, les attelages des équipages de pont de place sont tirés de la réquisition.

La conquête de la Tunisie 1881

La 11eme compagnie qui sert en Algérie est désignée pour accompagner l'expédition qui doit ramener l'ordre sur la frontière algéro-tunisienne et faire de la Tunisie un protectorat. Au cours de cette campagne, les pontonniers font le service de l'artillerie et mettent en œuvre du matériel de montagne. Sans être une promenade militaire, les quelques combats qui émaillent cette campagne sont peu acharnés.

La conquête du Tonkin 1884-1885
Un petit détachement, dépourvu de matériel de pontage, est désigné pour accompagner le Corps expéditionnaire du Tonkin. Embarqué le 29 janvier 1884, il arrive à Hanoï le 6 mars.
Le 10 juillet 1886, la 10eme compagnie est désignée pour faire partie de la division de l'Annam et du Tonkin. A partir de janvier 1890, le service des pontonniers au Tonkin est assuré par une section mise hors cadre. La 10eme compagnie a été reconstituée à Avignon le 29 novembre 1889. Dés le lendemain, il intègre la brigade du général Brière de l'Isle en vue de prendre Bac-Ninh. Il est assigné au service de l'avant-garde pour effectuer tous les travaux nécessaires à la marche. De la sorte, les pontonniers établissent ou réparent des ponts de bambous et remblayent les digues. Néanmoins, avec le matériel amené par le général de Négrier, qui commande l'autre brigade, ils lancent un pont sur le canal des Rapides. Ensuite, ils prennent part à l'attaque de la position de Trong-Son. Le 13 mars, ils entrent dans Bac-Ninh puis ils réparent un pont de bambous sur la Sang-Cao à Dap-Cau. Le détachement est alors divisé en deux pour suivre chacune des brigades. Dans la marche sur Taï-Nguyen, avec la lere brigade, les pontonniers font passer la Sang-Cao à la colonne au moyen de sampans trouvés dans les environs. Après avoir rendus praticables des chemins impossibles, ils participent à l'assaut de la citadelle de Yen-Thé en abattant à la hache les palissades de bambous. Enfin, ils sont encore à l'assaut de la citadelle de Taï-Nguyen. Le lieutenant Remuzat, qui commande le détachement, est chargé de ramener les blessés, mais aussi les canons et l'argent pris dans la ville. Parti sur des radeaux de bambous le 21 mars, il rejoint Hanoï le 27. Il y retrouve l'autre partie du détachement qui avait du réparer 2 ponts et effectuer le franchissement de la Song-Thuong. Le 6 avril, le détachement au complet accompagne la brigade de Négrier en vue de s'emparer de Hong-Hoa. Le 7, ils font passer le Day aux munitions et aux bagages au moyen d'embarcations réquisitionnées. Arrivés sur la rivière Noire, ils construisent 2 appontements pour charger les batteries d'artillerie et décharger le matériel. Hong-Hoa est prise. Le 16, ils lancent un pont sur la rivière Noire à La-Ho. Du 16 au 19, les troupes franchissent la coupure. Le 20, les pontonniers quittent le secteur et arrivent à Hanoï le 21. Le 10 juin, les pontonniers sont intégrés dans la colonne qui fait mouvement vers Langson, That-Khé et Cao-Bang. Embarqués sur un chaland, ils sont remorqués jusqu'à Phu-Lan-Thuong. A partir de là, ils suivent la colonne à pied. Pendant la marche d'approche ils réparent les routes et construisent des ponts de bambous. Le 15 juin, en reconnaissance en avant de Can-Son, ils jettent 1 pont de chevalets sur deux petites rivières. Arrivés devant la Song-Thuong, ils construisent une rampe d'accès sous le feu des chinois. Le 23 juin, alors qu'ils sont avec l'avant-garde, les pontonniers sont attaqués. Ils défendent la position, mais menacés d'être tournés par des forces supérieures, ils sont contraints à la retraite après avoir essuyé des pertes. Toutes les troupes repassent la Song-Thuong et rejoignent Bac- Lé. Le 30 juin, la colonne arrive à Can-Son après avoir franchi deux rivières grâce à des ponts de chevalets. Le 5 juillet, ils sont de retour à Hanoï. Le 7 novembre, les pontonniers accompagnent un convoi de ravitaillement constitué de jonques et de sampans en vue de remonter la Song-Cao jusqu'à Taï-Nguyen.
La navigation est pénible car ils doivent souvent se mettre à l'eau afin de hâler les embarcations dans les rapides. Ils rejoignent Hanoï le 27. Peu après, un détachement auxiliaire formé d'autochtones est constitué. En décembre, un petit détachement de renfort rallie enfin la colonie. En janvier 1885, les pontonniers préparent la future expédition sur Langson en construisant des bateaux. Le 20 janvier, l'opération démarre. Conduisant un convoi de bateaux chargé de munitions et de ravitaillement, ils arrivent à Chu le 29 janvier et y établissent un pont de chevalets. Le 3 février, ils repartent avec les 2 brigades et construisent en chemin plusieurs ponts et aident l'artillerie à progresser sur des chemins presque impraticables. Début février, le camp de Dong-Son est pris. La marche reprend le 11 et les pontonniers construisent de nombreux ponts sur la ligne de partage des eaux. La colonne arrive devant la citadelle de Langson abandonnée par l'armée chinoise. Cette dernière est massée sur la rive gauche du Song-Ki-Long. Un pont de bambous, partiellement détruit, franchit la rivière. Il est rapidement réparé et livre passage à un bataillon d'infanterie qui chasse les chinois. Un pont permanent est rapidement tendu sur la rivière. Dans la foulée, les pontonniers suivent la brigade chargée de débloquer Tuyen-Quan. Pour ce faire, ils retournent sur Hanoï d'où ils embarquent le 22 sur un vapeur. Arrivés à Bac-Hai, la moitié du détachement prend la responsabilité d'un convoi de ravitaillement qui remonte la rivière Claire et suit la progression de l'infanterie tandis que le reste des pontonniers marche avec la colonne. Le 4 mars, Tuyen-Quan est débloquée. Le 25, les pontonniers ont rejoint Hanoï. Le temps des grandes opérations est maintenant terminé pour l'Indochine mais le  travail quotidien continue.Les pontonniers ont mission d'effectuer le service des bacs, ponts volants et leurs effectifs sont renforcés en juin 1885. Ils reçoivent alors la responsabilité de la conduite des convois de jonques et de sampans, missions au cours desquelles ils sont souvent aux prises avec les forces tonkinoises . Le 10 juillet 1886, la 10eme compagnie est désignée pour faire partie de la division de l'Annam et du Tonkin puis rentrera en France afin d'être reconstituée à Avignon. A partir de janvier 1890, le service des pontonniers au Tonkin est assuré par une section mise hors cadre. 

La disparition de l'artillerie-pontonniers

La loi du 29 juin 1894, portant réorganisation de l'armée, édicté que la responsabilité des ponts militaires échoit définitivement au Génie. Le 6eme régiment du génie en création à Angers doit théoriquement absorber les artilleurs-pontonniers. Mais ces derniers n'entendent pas quitter leur arme. Les matériels sont reversés au Génie, alors que les pontonniers sont maintenus dans l'artillerie et vont former les 39eme et 40eme régiments d'artillerie.

C'est la fin du corps spécifique des pontonniers militaires né à Strasbourg pendant la Révolution. De nos jours, ces spécialistes appartiennent au corps du génie militaire.




Page modifiée le 30 novembre 2014

ACCUEIL